Une vision d’avenir :
un legs à la métropole

MaryRobert Condominiums s’impose comme point d’entrée du quartier Griffintown, aux abords du projet Bonaventure et à l’extrémité sud de la rue Peel. Érigées dans une position dominante, 2 tours à la fois jumelles et dissemblables, abritant chacune environ 250 unités de type studio, condos 1 à 3 chambres et penthouses. Ancrées dans l’histoire tout en étant résolument tournées vers l’avenir, ces deux tours jouent sur la dualité féminine et masculine en déployant la finesse des lignes pures et les aspérités des matériaux bruts. Leur promesse: un projet d’habitation s’adressant aux inconditionnels de la métropole et du quartier Griffintown. Établi au rez-de-chaussée du projet, un basilaire commercial d’approximativement 23 460 pieds carrés conçu pour rehausser la qualité de vie et le dynamisme urbain du quartier.

Inscrivez-vous

Une architecture audacieuse et provocante

Marquant l’entrée de la ville et arborant un rôle de signal, les deux tours du projet MaryRobert se parlent sans trop s’observer. Leur architecture témoigne des convergences du lieu. Posées au-dessus du basilaire commercial comme sur un socle, elles redéfinissent l’espace en accueillant une cour intérieure surélevée. L’habitat cohabite avec le lieu collectif dans un véritable jardin suspendu. La structure mettra en relief la dualité des deux tours, dessinant à la fois le dialogue et l’opposition, l’envers et le revers.

Offrant un contraste de nuances en clair-obscur, l’organique et le minéral s’y rencontreront dans une finalité harmonieuse.

Inscrivez-vous

Histoire derrière le nom du projet

De la montagne au fleuve, les deux tours du projet MaryRobert marqueront la fin d’un parcours. Elles personnifient chacune deux personnages ayant marqué Montréal: Mary Griffin et Robert Peel. Deux tours, deux prénoms ayant façonné la métropole.

Mary Griffin : la pionnière
Personnage crucial de Griffintown, qui en porte d’ailleurs le nom, il faut remonter à 1804 pour retrouver les traces de Mary Griffin. Propriétaire de plusieurs lots de ce qui n’était alors qu’un fief, c’est à cette femme que l’on doit le développement du quartier et de ses premières rues: Wellington, Queen, Prince et Duke. Mary Griffin a également été la première femme à élaborer un plan d’urbanisme à la métropole. Un grand pas pour la ville et pour l’implication des femmes à son progrès!

Robert Peel : le défenseur du libre-échange
Grand homme politique britannique, Sir Robert Peel a légué son nom à l’une des artères principales de la métropole: la rue Peel. Premier ministre du Royaume-Uni de 1834 à 1835 et de 1841 à 1846, Robert Peel était un militant du libre-échange et l’auteur de la loi sur le travail de 1844, qui limita le temps de travail des enfants et des femmes en usine, et fixa des normes de sûreté pour les machines. À sa mort, on le qualifia comme un « sage et glorieux conseiller d’un peuple libre » (source : extrait de la Revue des Deux Mondes, Wikisource).

Inscrivez-vous

MaryRobert vous inspire?

Recevez les informations détaillées du projet ainsi que nos offres exclusives.

Votre recherche d'informations
AcheteurInvestisseur

Je suis un agent immobilier

Studio1 chambre2 chambres3 chambresPenthouse
Vos informations
Je désire recevoir les nouvelles, invitations et promotions de Devimco Immobilier.